Sir Gavin R. de Beer était directeur du British Musem d’histoire naturelle. Il est né en 1899 et mort en 1972. En 1954 il écrit un libre intitulé « Hannibal’s march ».

 

Dans ce livre il commence par expliquer que le fleuve décrit par Polybe au moment où Hannibal atteint « l’île » n’est pas l’Isère mais l’Aygues beaucoup plus au sud près d’Orange.  Ses explications supposent des erreurs des copistes ce qui n’est pas à exclure totalement. Partant de là, il doit imaginer une traversée du Rhône beaucoup plus au sud vers Arles juste avant le delta. Mais l’hypothèse est alors d’une marche de 15km par jour entre Arles et Orange (Polybe parle de 4 jours de marches ) ce qui reste assez faible pour une armée qui fuit les romains.

 

Ensuite l’auteur propose un passage par le col de Grimone en faisant une référence au terme de  « cremonis jugum » que l’on trouve chez Tite-live en référence aux propos de Coelius Antipater. Pour De Beer ce terme désignerait le Col de Grimone. Puis ensuite l’auteur pense que la ville prise par Hannibal est La Batie-Montsaleon et qu’ensuite les carthaginois ont passé par le col de La Traversette pour rejoindre la vallée de Suze et Turin en passant par le Queyras et la vallée de Guil.  

 

For over 2,000 years, historians have argued about the route Hannibal took across the Alps. Until now, no solid archaeological evidence has been forthcoming.

However, Prof. Mahaney and co-authors have finally provided solid evidence for the most likely transit route that took Hannibal’s forces across the Alps — via the Col de Traversette pass.

This crossing point was first proposed over a half century ago by the biologist and polymath Sir Gavin de Beer, but has not previously been widely accepted by the academic community.

Prof. Mahaney’s team has shown that a ‘mass animal deposition’ event occurred near the Col de Traversette around 218 BC.

“A large accumulation of mammalian feces at the mire site in the upper Guil Valley near Mt. Viso provides the first evidence of the passage of substantial but indeterminate numbers of mammals within the time frame of the Punic invasion of Italia,” the scientists said.

“Specialized organic biomarkers bound up in a highly convoluted and bioturbated bed constitute an unusual anomaly in a histosol comprised of fibric and hemist horizons that are usually expected to display horizontal bedding.”

“Over 70% of the microbes in horse manure are from a group known as the Clostridia, that are very stable in soil – surviving for thousands of years,” explained team member Dr. Chris Allen, from Queen’s University Belfast.

“We found scientifically significant evidence of these same bugs in a genetic microbial signature precisely dating to the time of the Punic invasion.”

The results were published online March 16 in the journal Archaeometry.

Hannibal Barca

Pour joindre la personne qui a réalisé ce site, vous pouvez utiliser l'émail ci-dessous :

 

claude.grandfils65@gmail.com

Autres sites ...

 

Pour retrouver des informations sur Hannibal, cliquez sur une des icones ci-dessous

Commentaires
 

Si vous avez des commentaires sur ce site, n'hésitez pas à les faire en utilisant le blog "actualités"